La saponification à froid : des savons doux pour la peau et pour l’environnement

La saponification à froid : une réaction chimique et une transformation qui se fait sans générer de pollution

Le savon est le résultat d’une réaction chimique qui se fait lors de la rencontre entre des acides gras et une solution basique qui peut être réalisée soit avec de la soude soit avec de la potasse. Cette réaction génère de la chaleur mais ne nécessite aucune source d’énergie à part le fait de faire fondre certains ingrédients comme la cire d’abeilles ou certains beurres solides pour les mélanger aux huiles liquides. De même le mélange peut simplement se faire à la main. Toutefois, il est prudent de se munir d’un mixeur adapté au volume afin d’assurer une bonne homogénéité du mélange.

Les acides gras proviennent des huiles et beurres végétaux ou des graisses animales telles que le saindoux. Le choix des matières premières est donc très vaste. 

Le principe de la saponification à froid est de lancer l’émulsion et de laisser la saponification se prolonger sur le temps. Aucune cuisson n’est requise.

Lorsque le processus de saponification est terminé, il ne reste plus de soude. On parle même de savon surgras car le savonnier aura pris la précaution d’inclure un peu moins de soude que le poids nécessaire pour saponifier la totalité des acides gras présents dans sa recette. 

Par ailleurs, en fin de saponification, l’ensemble des ingrédients de la recette ont laissé place à 2 produits finis : du savon et de la glycérine. C’est cette combinaison associée au taux de surgras (des acides gras non transformés après épuisement du poids de soude intégré à la recette) qui font que ces savons s’avèrent être un véritable soin pour la peau. 

Voici en quelques mots les grands avantages de la saponification à froid :

  • une méthode artisanale qui ne nécessite que très peu d’énergie et ne crée qu’un minimum de pollution.
  • un savon surgras et naturellement riche en glycérine hydratante.
  • aucune nécessité d’intégrer un conservateur de synthèse.
  • des possibilités de recettes qui s’étendent à l’infini ce qui permet à chaque savonnier de s’exprimer selon sa sensibilité.
  • la possibilité de n’utiliser que des ingrédients simples et issus de l’agriculture biologique (hormis la soude et l’eau) : huiles végétales, beurres végétaux, lait végétal ou animal, plantes, huiles essentielles, miel et produits de la ruches, et enfin les argiles.

Et enfin la possibilité pour le consommateur d’échanger avec son artisan savonnier, de savoir comment il travaille et de  participer à une session d’initiation puis éventuellement à une formation plus avancée.

Voir la boutique